skip to Main Content

Rencontre entre adolescents et policiers à Paris 18ème

Mardi 13 mars, j’ai animé une rencontre à La Salle, rue de la Goutte d’Or à Paris 18ème, organisée par l’association Espoir 18 avec qui je collabore régulièrement. La rencontre avait pour but de créer un dialogue entre des ados de l’arrondissement, âgés de 14 à 18 ans,  et des policiers français, en présence d’un ex policier anglais désormais engagé auprès de Open Society.

Nous avons parlé violences, contrôles, suspicions et représentations réciproques. On a aussi constaté l’aveuglement de notre société au tabou ethnique: l’incapacité française à nommer la représentation de la «couleur» lorsque d’autres pays -sans pour autant réussir à pacifier les relations mais en obtenant tout de même des résultats- s’engagent dans un recrutement volontariste des minorités au sein de la police.

L’aveuglement programmé a des limites : quand vous organisez une rencontre entre jeunes des quartiers et policiers, difficile ne pas voir des ados noirs ou arabes face à des policiers blancs autour de la table. Le Royaume-Uni travaille notamment à la présence représentative des minorités au sein de la police, sans pour autant parvenir à totalement pacifier les relations mais en prenant cet aspect en compte. Nous avons aussi appris que seuls 10% des policiers anglais étaient armés.

Une initiative d’Espoir 18 qui s’inscrit dans un engagement sur ces sujets. Reste à ce que l’État s’en saisisse pour faire réellement progresser les choses.

Jeunes et police : un thème qui me tient à cœur depuis des années. Plus de quinze ans en fait. Terrible de constater le multitude d’initiatives, de bonnes volontés nécessaires et utiles localement mais sans réussir à infléchir des relations de plus en plus tendues. En cause : l’incapacité politique des gouvernements successifs à se saisir de ces courageux travaux de terrain pour impulser une politique nationale avec des objectifs précis à court, moyen et long terme. Les engagements salutaires de la Dilcrah et du Défenseur des droits ne suffisent pas. C’est d’une cause nationale dont il s’agit ! À ce rythme d’avancées frénétique, Rendez-vous dans quinze ans.

Back To Top
×Close search
Rechercher