skip to Main Content

Notre travail sur les Noirs de France en Une du Monde

Au magazine Respect Mag on a longtemps réfléchi avant de se lancer dans le numéro qui vient de sortir en kiosques titre «100% Noirs de France ». Cela fait deux ans que le rédacteur en chef de ce trimestriel axé sur la culture « urbaine sociale et métissée», Marc Cheb Sun 47 ans, y réfléchit.

Mais malgré des précautions infinies et quatre comités de rédaction la polemique a quand même eu lieu. Les attaques sont venues d’un article dans Marianne du 22 octobre où Respect Mag est accusé « d’avoir troque son traditionnel discours prodiversité contre une profession de foi comnautariste». «Les assoiations antiracistes auraient crié au scandale si un magazine avait eu la mauvaise idée de tamponner sa une dunbandeau 100% Blancs de France » poursuit I’hebdomadaire. La polémique pour I’heure ne dépasse guère le cercle restreint de la blogosphere spécialisée et Marc Cheb Sun s y attendait. II a quand même immédiatement riposté dans une tribune publiée sur Rue89 intitulée « C’est Marianne ne qui a loupé son siècle ». Les attaques de I’hebdomadaire reflètent« le risque de louper notre futur qui faute de réaliser le potentiel de nos réalités métissées risque fort de nous échapper» y écrit-il.

« Fachos noirs » et aveugles

Dans le numéro qui vient de sortir M Cheb Sun fait en effet le pari de ne parler que de «Noirs». Un portrait est consacré a une présentatrice radio d Afnca n°1 d’origine gabonaise, un autre a l’humoriste Pascal Legitimus, antillais par son père. Dans les pages « identités » on explore les « relations réinventées » de la diaspora africaine La séquence « enjeux » s’est lancée dans un sujet sur les «fachos noirs». Le magazine tente aussi un débat avec deux aveugles « La ceci te empêche t elle le racisme? ». Dans son magazine Marc Cheb Sun, Français d origine italo egyptienne, tente toujours d’aborder les questions de multiculturalisme de façon apaisée et originale. Cette fois ci sa « conviction » était que le mot « noir » devait maintenant «rassembler». Avec ce numéro il voulait justement que « I’on reapprenne collectivement que ce n’est plus une insulte» «C’était sans doute I’un des numéros les plus compliqués à faire mais aussi le plus important” dit il ,Car parler des Noirs n’est pas communautaire, c’est parler de là France, de ses blocages comme de ses potentiels »

Pour ce partisan d’une mesure statistique de la diversité I’intégration républicaine a la française est un héritage important mais la logique même de «modèle »  lui paraît un carcan trop étroit. « Quand est ce que I’on sortira de cette impasse? Ce dont ne se rendent pas compte ceux qui le défendent c’est que cela crée justement des communautansmes » regrette-t-il. Avec ce dernier numéro Marc Cheb Sun espère au moins populariser une nouvelle appellation «Noirs de France» Une exprèssion « décomplexée » « ni négative ni positive » et qui « émerge » selon ce bon connaisseur des differentes diasporas hexagonales. D’autant que les Etats Unis ont bien leurs « Afro Américains » et le Royaume Uni leurs « Black Bntish » rappelle-t-il Lorsqu il a conçu la « une » avec son équipe de rédaction ils ont bien essaye le mot «Afro Francais» Mais c était «dur a prononcer et en fait peu usité» justifie Mr. Cheb Sun Le mot « black »  pourrait donc être remis au placard veut-il croire.

Elise Vincent, Le Monde

 

. Dernières parutions 

Politis

http://www.slateafrique.com/65625/france-noire-histoire-blanchard

rue89

Libération

Afrik.com 

Back To Top
×Close search
Rechercher